Image extraite du Papyrus d'Any, magnifiquement présenté dans l'ouvrage présenté ci-dessous.

La grammaire égyptienne de Champollion




Flux RSS du Blog



 

 

 

 

La grammaire égyptienne de Champollion


catégorie Bibliographie
21 juin 2015
commentaires 4 commentaires


Champollion, Grammaire égyptienne, Actes Sud


Après de nombreuses hésitations, j'ai acheté la grammaire égyptienne de Champollion. S'il faut résumer dès à présent l'ensemble du billet, précisons que cet ouvrage n'est aujourd'hui d'aucune utilité pour apprendre à lire les hiéroglyphes. Je le déconseille vivement pour toute personne désireuse de commencer un apprentissage de la langue des hiéroglyphes.

Cependant cet ouvrage est d'une grande valeur.

L'édition proposée par Actes Sud

L'édition originale est probablement hors de prix. Je ne l'ai même pas cherchée. L'édition actuellement disponible à un prix raisonnable est celle d'Actes Sud. Précisons toutefois que l'on trouve également l'ouvrage en téléchargement gratuit sur Internet.

Champollion, Grammaire égyptienne / page en couleur

Le livre fait 550 pages avec une très bonne qualité d'impression sur du papier épais et de qualité, avec un aspect un peu vieilli qui lui donne du charme, je trouve. L'édition est une reproduction en format réduit (14,5 x 24cm) de l'édition originale (21,5 x 33cm). Mais honnêtement, cela ne se ressent absolument pas sur la lisibilité. L'édition reproduit la polychromie utilisée dans l'édition originale. Cela dit, cette polychromie est très rare et n'apparaît que deux fois :

Champollion, Grammaire égyptienne / page en couleur

Quel intérêt pour cet ouvrage

En achetant cet ouvrage, je savais qu'il n'était pas intéressant pour apprendre à lire les hiéroglyphes aujourd'hui. Mais c'est quand même un monument d'histoire. Voici les éléments qui m'ont séduit :

Champollion, Grammaire égyptienne / copte hiératique hiéroglyphes

" dans les livres coptes, le pronom précède le verbe conformément à la prononciation égyptienne de tous les âges ; tandis que dans les textes hiéroglyphiques et hiératiques, les scribes, se conformant à la règle d'exprimer d'abord l'idée principale [...] placèrent toujours les pronoms simples immédiatement après le verbe, comme s'ils eussent été réellement des pronoms affixes".

Constater le chemin fait depuis Champollion

Au départ on est assez décontenancé en parcourant cette grammaire égyptienne tellement la façon de faire aujourd'hui est différente. Et évidemment, je suis tout de suite allé voir la partie concernant les verbes et la conjugaison. En effet, c'est dans ce domaine qu'encore aujourd'hui les querelles sont vives et la compréhension la moins évidente.
Voici donc le schéma de lecture de Champollion pour les conjugaisons :

Conclusion

Finalement, je suis très heureux de cet ouvrage. Certes il n'est plus utile aujourd'hui pour apprendre les hiéroglyphes. Et heureusement ! Oui, heureusement... Car depuis 1832, il est heureux que 183 années de travail acharné par des générations d'égyptologues aient apporté une compréhension toujours plus poussée des hiéroglyphes.

Mais quelle joie de retrouver la main de Champollion ! Quel plaisir de voir devant soi la renaissance d'une langue. Et quelle admiration devant le chemin accompli par Champollion ! Car en effet, Champollion montre une solide connaissance du vocabulaire, il arrive à lire les hiéroglyphes gravés mais aussi les manuscrits en hiératiques et il traduit des phrases prises dans toutes les époques de l'histoire des hiéroglyphes de l'ancien empire à la période romaine. Il est vrai qu'aujourd'hui ses traductions sont à corriger avec l'apport des subtilités lexicographiques et grammaticales, mais la capacité de lecture de Champollion permettait une bonne compréhension globale.
Champollion a écrit à propos de sa grammaire :

" J'espère qu'elle sera ma carte de visite à la postérité ".

C'est réussi : lire cette grammaire égyptienne, c'est se plonger dans l'univers de ce génie fondateur, de ce nTr nfr  .






Commentaires




J.Dejugnat - le 05 juillet 2015

"Je souhaite honorer Rê dans l'Occident et que je suive les dieux que je suis" 183 ans pour en arriver à ce charabia qui n'a aucun sens; je suis ahuri!

J'aime | Répondre

Hierotext - le 05 juillet 2015

C'est de ma faute, la phrase était incomplète. Je suis allé voir la suite de ce passage. Alors ça donne : "Je souhaite honorer Rê dans l'Occident, que je suive les dieux (et) que je suive le dieu Rê qui est dans le ciel."
Le charabia peut avoir deux raisons : 1/ le traducteur n'est pas bon. 2/ le lecteur ou le traducteur ne comprends pas la dimension culturelle du texte.
Mea culpa pour la traduction. Pour le contexte, il faut y voir une sorte de prière pour l’au-delà où le défunt veut accomplir le trajet de vie et de renaissance du soleil chaque jour.

J'aime

Christos - le 22 septembre 2017

Je viens d'acheter aussi ce livre. Surtout pour ces premières pages en couleur et l'écriture manuscrite, c'est impressionant. Avec la translittération en copte ce n'est pas très pratique à lire mais c'est bien écrit pour cette période-là je suppose.

J'aime | Répondre